Cher lecteur,

Les deux photographies ci dessous ne vous apprendront rien, parce qu’il se peut que vous ayez déjà fait pire!

Faire pire, sans faire de casse apparente, ne veut pas dire, que demain, vos chenilles en caoutchouc armé monobloc n’auront pas quelques signes de faiblesse!

Exemple:

  • Une dent de guidage et d’engrènement qui abandonne sa structure d’accueil; c’est à dire que vous perdez l’une d’entre-elles.
  • Une dent est manquante ! c’est le début de la panne..
  • deux heures plus tard;  deux dents sont manquantes.. ça se dégrade..
  • 4 heures plus tard, vous avez tout un espace dégarni;  et là vous restez sur place..

Ce qui est malheureux: – avoir sous les yeux des chenilles qui paraissent encore prometteuses.. et au bout du compte, elle sont condamnées, parce qu’elles ont pris un coup de mise à mort à un moment.

Imaginer une réparation est un non sens pour plusieurs raisons:

  • Un arrachage de dent de guidage porte indéniablement un coup fatal à la bande centrale.
  • revulcaniser une dent de guidage est infaisable et je suis catégorique.
  • la solution du collage serait une possibilité, mais pour l’instant nous n’avons pas à notre disposition, la formule chimique adéquate..

Amis entrepreneurs, n’oubliez pas que vos chauffeurs, jour ou l’autre, peuvent manquer un instant de vigilance, et pour se sortir de l’ornière, ils seront tenter de jouer avec le diable.. c’est logique et humain!

Par cette raison, il est dans votre intérêt, de prendre le temps, de prendre le droit d’expliquer, de sensibiliser sur les limites techniques et les couts des chenilles en caoutchouc armé monobloc.

Il est à noter aussi, que sous la pression des exigences du marché, du délire de l’environnement commercial, parfois, le patron bien inconsciemment, arme les chauffeurs, parce que crescendo, il leur donne encore et toujours plus de puissance pour servir la cause.

Qui dit STOP ???     personne évidemment!

Claude GAUTIER, EIDER & Académie EIDER: – s’autorisent à  vous dire, que nos chenilles aujourd’hui progressent techniquement moins vite que la puissance que vous achetez.

Donc concrètement, si les pneus ne suivent plus…. les chenilles arrivent aussi en limite!

Le coupable: – la modernité exigeante qui va trop vite !

Je me plais à écrire:

  •  »Claude GAUTIER, la passion des défis »

  •  »EIDER, la performance en mouvement »

Je ne pense pas être le maillon faible, mais je pense qu’il est de mon devoir de dire à mes lecteurs que les trains chenillés actuels qui encaissent surcharge et excès de vitesse peuvent vous couter chers si vous n’y prenez pas garde.

Je vous prie de croire en l’assurance de mes sentiments dévoués!

claudegautier@eider49.com           

Mobile de Claude 06 26 48 13 34   ou 07 82 06 92 52

www.eider49.com                         

http://eider49.blogspot.com

Retrouvez nous sur Facebook,  EIDER groupe  »sortez chenillé »

https://www.facebook.com/groups/222956398964388/?ref=bookmarks